« La souricière » d’Agatha Christie : jouée tous les jours depuis plus de 50 ans !

Souricière Mousetrap à Londres

La pièce de théâtre The Mousetrap, écrite par Agatha Christie, est interprétée tous les soirs à Londres depuis 1952 : un record du monde ! Aucune autre pièce n’a été jouée pendant aussi longtemps. Elle a été interprétée plus de 25 000 fois, devant des millions de spectateurs. Aujourd’hui encore, vous pouvez assister en direct à cette pièce qui témoigne si bien des traditions londonienne et britannique. Découvrez ce qui vous attend le soir de la représentation ! Le spectacle vaut-il le coup ? Réponses dans cet article.

Représentations et adaptation cinématographique

Depuis 1952, La Souricière est interprétée à Londres, et aucune représentation n’a été annulée jusqu’ici. Les représentations ont d’abord eu lieu à l’Ambassadors Theatre, avant de déménager en 1974 au St. Martin’s Theatre voisin. Et ce n’est qu’en 1999 que les décors du spectacle ont été changés pour la première fois ! Un accessoire du décor original de 1952 (l’horloge sur la cheminée) est même encore là, chaque soir.

La pièce a été interprétée dans 44 pays et traduite en 24 langues. Plus de 9 000 représentations ont déjà été données à Toronto, et pas moins de 1 120 au Kriminaltheater de Berlin (chiffres d’avril 2013).

Toutefois, La Souricière n’a jamais été adaptée au cinéma : les droits de diffusion ont pourtant bien été vendus il y a des décennies, mais avec la condition de ne réaliser cette adaptation cinématographique qu’une fois les représentations théâtrales terminées. Pour cette raison, la pièce de théâtre n’a jamais vu le jour au cinéma ou à la télévision. Qui aurait pu prédire que ses représentations au théâtre dureraient aussi longtemps ?

Le Saint Martin’s Theater, lieu des représentations

Souricière Mousetrap à Londres

La Souricière se joue dans le très joli Saint Martin’s Theater à West End, le quartier qui abrite la majorité des théâtres londoniens. L’ancienne salle du théâtre est très chic et compte 550 places, ce qui n’est pas énorme. Notre budget ne nous permettait de prendre que deux places dans la rangée du haut, ce qui n’a pas été gênant au final. En effet, nous avons très bien vu le spectacle, et tout entendu sans problèmes. Toutefois, comme le théâtre a été construit il y a plus de 100 ans, les rangées du haut offrent relativement peu de place pour les jambes.

Souricière Mousetrap à Londres

Souricière Mousetrap à Londres

Pour prendre un verre pendant la pause, commandez-le au bar avant que le spectacle reprenne. Dans cette petite pièce sont également exposées les affiches de La Souricière datant de ces dernières décennies. Faites attention si votre verre vous fait un peu tourner la tête : l’escalier qui permet de regagner sa place est très étroit.

L’intrigue et les personnages (sans spoiler)

Voici le trailer vidéo de la pièce :

Mollie Ralston, héritière de la maison Monkswell Manor, décide d’ouvrir un gîte, des chambres d’hôtes, avec son époux Giles. Peu avant l’inauguration, ils entendent que la radio fait état du meurtre de Maureen Lyon à Londres, en donnant une description de l’auteur. Au premier jour de l’hiver, à l’arrivée de la neige, 4 invités sont attendus pour la nuit : Christopher Wren, jeune étudiant en architecture un peu extravagant, Mrs. Boyle, vieille fille au tempérament glacial, Miss Casewell, une bourgeoise d’un certain âge, et enfin le Major Metcalf, officier à la retraite. Dans la nuit, M. Paravicini vient également trouver refuge au gîte après avoir subi un accident.

Ein Beitrag geteilt von Meg (@meggethann) am

La tempête de neige bat son plein et la maison se retrouve entièrement coupée du monde extérieur. Mollie Ralston reçoit un appel téléphonique qui l’avertit de l’arrivée imminente d’un policier au gîte, sans toutefois lui donner les raisons de sa venue. Peu de temps après, le sergent Trotter fait son apparition, des skis aux pieds. La ligne téléphonique se retrouve alors coupée.

Trotter informe les tenants et les invités que l’adresse du gîte a été retrouvée dans le carnet de notes du meurtrier fugitif de Maureen Lyon… Il suppose donc que l’auteur du crime se trouve dans l’établissement… Lorsque l’un des invités est à son tour assassiné, la vérité ne fait aucun doute : le tueur se trouve parmi les convives ! Mais lequel ?

Critique et conclusion (toujours sans spoiler)

La mise en scène mérite largement d’être saluée. Les décors (l’entrée d’une ancienne maison de campagne transformée en gîte) ont été magnifiquement conçus et paraissent tout à fait cosy.

Les effets acoustiques et visuels sont également très réussis : la pièce se joue en hiver, et lorsqu’un convive ouvre par exemple la fenêtre, le hurlement du vent se fait entendre, et il se met même à neiger un peu dans le salon. Ce ne sont que des détails, mais ils contribuent énormément à l’atmosphère chaleureuse qui en découle. Les informations retransmises à la radio paraissent elles-mêmes très authentiques.

Les comédiens sont très bons et maîtrisent leur sujet (je n’ai remarqué aucun faux-pas). L’alchimie opère, et ce même si les différents personnages sont un peu caricaturaux en soi (une vielle dame issue d’un milieu bourgeois, un soldat avec le grade de major à la retraite, un jeune étudiant fougueux etc.). Rien à redire sur l’interprétation, vraiment.

Néanmoins, La Souricière n’a pas réussi à me convaincre à 100 %. La pièce étant interprétée tous les soirs depuis plus de 60 ans, j’en attendais beaucoup. Par conséquent, je ne pouvais qu’être déçu. L’intrigue est intéressante, même si en matière de polars, d’autres pièces de théâtre le sont tout autant. L’histoire est intéressante à suivre, mais la pièce ne m’a pourtant pas transcendé comme je l’avais espéré. Peut-être que mes attentes trop élevées ont été à l’origine de ma déception, ainsi que le fait de n’avoir saisi que 95 % des dialogues. Certaines blagues bien pensées et quelques allusions, que seuls les britanniques peuvent comprendre, m’ont en effet échappé.

Pour résumer brièvement : The Mousetrap est un polar sympathique et divertissant, à la mise en scène et au jeu d’acteurs très réussis. Toutefois, l’intrigue m’a un peu laissé sur ma faim parce que j’en attendais sûrement trop. En résumé : si vous souhaitez assister à cette pièce, n’en attendez pas trop, et laissez-vous plutôt surprendre !

Chiffres et records

The Mousetrap se joue sur les planches depuis 67 ans (en 2018) ; un record dans le monde. En 2012, pas moins de 25 000 représentations ont été données. Après tout, elle était déjà la pièce de théâtre la plus jouée en 1958 en Angleterre.

Le compteur des représentations, dans le hall du théâtre :

Souricière Mousetrap à Londres compteur représentations

Le comédien David Raven est monté sur les planches quelques 4 575 fois de suite dans le rôle du Major Metcalf, ce qui lui a valu une distinction dans le Guinness des records.

Depuis le décès de Raven, la troupe des huit comédiens changent désormais chaque année. Entre ses débuts et son 50ème anniversaire en 2002, La Souricière avait déjà été jouée par 350 comédiens et 187 remplaçants. Nancy Seabrooke a par exemple été doublure lors de 6 240 représentations (sur une durée de 15 ans), mais elle n’est entrée en scène que 72 fois.

Depuis 1958, les « Mousetrap-Partys » sont organisées pour l’anniversaire de la pièce de théâtre au Savoy Hotel, à Londres. L’occasion pour le spectacle de refaire la une des journaux. Son interdiction à Broadway, aux Etats-Unis, a également contribué à son succès (touristique). Selon Max Mallowan, le mari d’Agatha Christie, La Souricière est « aussi importante pour les touristes en séjour dans la capitale que la tour de Londres ou le palais de Buckingham ». Et pourtant, ce n’était pas la pièce préférée de la femme de lettres, auteure de l’œuvre. Elle lui préférait largement « Témoin à charge » (titre original « The Witness for the Prosecution »).

Quelle maîtrise de l’anglais faut-il avoir pour le spectacle ?

Difficile de répondre à cette question. Je ne suis pas bilingue, mais j’ai une bonne maîtrise de l’anglais. Je le parle couramment et je comprends environ 90-95 % des dialogues. J’ai pu suivre tout le déroulement de l’histoire sans problèmes, sans saisir toutefois l’ensemble des jeux de mots. Les comédiens parlent fort, très distinctement, et dans un anglais facile à comprendre, sans user d’un dialecte régional. Pas non plus de fort accent écossais ou irlandais.

Si vous avez l’habitude de regarder des films ou des séries en anglais, et que vous comprenez environ 80 à 90 %, La souricière ne vous posera aucun problème. Si jamais vous avez des doutes, renseignez-vous un peu sur l’histoire pour savoir de quoi il est question le jour de la représentation.

Tarifs et billets

Les billets d’entrée pour La Souricière sont disponibles à partir de 17,50 £ sur le site officiel du théâtre.

Réserver ses places pour La Souricière

Comment se rendre au Saint Martin’s Theatre ?

Le Saint Martin’s Theatre se trouve dans le quartier londonien des théâtres et des comédies musicales, à l’adresse suivante : West St, London WC2H 9NZ.

Les stations de métro « Leicester Square » et « Covent Garden » se trouvent toutes deux à environ 200 mètres du théâtre. Elles sont desservies par la Northern Line et la Picadilly Line.

Si vous venez en bus, descendez à l’arrêt « Cambridge Circus », desservi par les lignes 14, 19, 38, N5, N19, N20, N38 et N41.

Transports Lignes
Métro Station « Covent Garden » (Picadilly Line) et « Leicester Square » (Northern Line et Picadilly Line)
Bus Arrêt « Cambridge Circus », lignes 14, 19, 38 et bus de nuit N5, N19, N29, N38 et N41

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici