Comédie musicale « Les Misérables » à Londres : romantique et tragique

Comédie Musicale Les Misérables Londres

La comédie musicale Les Misérables ne convient pas à tous les publics. Contrairement à de nombreux spectacle du genre, son atmosphère n’est pas vraiment détendue. Elle est plutôt lugubre, et s’inscrit dans un contexte historique fort. Néanmoins, la comédie musicale londonienne ne manque pas de qualités : l’interprétation, la musique et la mise en scène sont extrêmement convaincantes. Cet article vous dit tout sur la comédie musicale Les Misérables, à Londres.

A propos de Victor Hugo et de son livre

Le romancier français Victor Hugo (1802-1885), aujourd’hui célèbre dans le monde entier, était un auteur littéraire et politique controversé, qui portait un œil critique sur son époque. Au cours de sa vie, ses brusques changements d’opinion ont surpris son entourage à de maintes reprises. En tant que fils cadet d’une famille d’officiers, d’abord conservateur et monarchiste, Hugo semble avoir commencé l’écriture très tôt, se faisant un nom dès les années 1820 en publiant ses premières histoires romantiques.

Fils d’un général, il héritera du surnom de « Goethe français »

Bien que nommé Chevalier de la Légion d’honneur en 1825 et invité à la cérémonie du couronnement de Charles X, ce royaliste convaincu rejoint rapidement les libéraux de l’opposition, influencé par ses amis de l’époque. Son roman « Le Bossu de Notre-Dame » (1831) est considéré comme un chef d’œuvre. Pourtant, sa pièce de théâtre « Le Roi s’amuse » (1832) est interdite, peu de temps après sa première représentation. Alors que l’auteur entretenait au début une certaine sympathie à l’égard de Napoléon III, il se prononce publiquement contre le coup d’Etat réalisé par ce dernier en 1851 ; une prise de position qu’il adopte déjà dans son roman « Les Misérables », commencé en 1847. A la suite de son exclusion du territoire français, Hugo se rend sur les îles anglo-normandes (et francophones) de Jersey et Guernesey, où il finit son œuvre en 1862. Ce n’est qu’en 1871 qu’il reviendra d’exil. Après un accident vasculaire cérébral en 1878, il meurt finalement en 1885.

Genèse de la comédie musicale

 

Comédie Musicale Les Misérables Londres

Le public et les critiques louent unanimement ce roman politique d’amour et d’aventures, qui traite de l’insurrection républicaine de Paris en 1832 et des conditions de vie misérables touchant l’ensemble des masses ouvrières prolétaires. Les choix explicites des thèmes abordés et du niveau de langue utilisé ont alors largement contribué à l’émergence de la littérature réaliste à la fin du 19ème siècle. Dans son œuvre, Hugo a souvent recours à l’argot, lequel ne sera restitué dans les différentes traductions que de manière insuffisante ou rudimentaire.

La première représentation de la pièce a lieu près d’un siècle après la disparition de son auteur

Alors qu’on dénombre près d’une cinquantaine d’adaptations cinématographiques des « Misérables » entre 1907 et 2014, il faudra attendre 1980 pour assister à la première comédie musicale adaptée de l’œuvre de Victor Hugo. Ses représentations ont lieu au Palais des sports de Paris, sous la direction de Robert Hossein. La musique est l’œuvre de Claude-Michel Schönberg et les dialogues ont été écrits par Alain Boublil. En octobre 1985, la pièce est interprétée pour la première fois à Londres, au Barbican Centre, avant de rejoindre le Palace Theatre deux mois plus tard, pour finalement déménager en 2004 au Queen’s Theatre, sur la Shaftesbury Avenue, dans le quartier de West End. Depuis, c’est dans ce théâtre qu’ont lieu les représentations, et ce sans interruption. Depuis 2006, il s’agit même de la plus ancienne pièce de théâtre interprétée à Londres. Entre mars 1987 et mai 2003, ainsi que pendant six mois à partir d’octobre 2006, la pièce a également été présentée à Broadway, à New York. D’autres représentations ont eu lieu : en 1987 à Tel Aviv, en 1988 à Vienne, en 1989 à Sydney et Toronto, entre 1996 et 1999 à Duisbourg, en 2002 à Shanghai et en 2007 à Saint-Gall.

L’intrigue

Le prologue raconte l’histoire du prisonnier Jean Valjean qui, libéré par l’inspecteur de police Javert après 19 ans de détention, bascule de nouveau dans la délinquance en volant l’évêque de Digne. Néanmoins, ce dernier le laisse partir en lui conseillant de changer de vie. Valjean décide alors de se repentir.

Crime et condamnation, amour et passion, politique et révolution

Le premier acte est consacré au destin de l’ouvrière Fantine, qui donne naissance à une fille illégitime, reconnue plus tard par Monsieur Madeleine / Jean Valjean. Cette mère est contrainte de se prostituer pour payer le gîte à sa fille, Cosette, au sein d’une famille d’aubergistes : les Thénardier. Un de ses clients souhaite la faire arrêter, mais Madeleine/Valjean l’en empêche. Lors d’un accident, ce dernier est démasqué, et sa condition de prisonnier évadé, révélée. Mais Valjean arrive malgré tout à s’échapper, et quelques temps avant la mort de Fantine, il lui rend visite à l’hôpital. Il promet à la mère de s’occuper de son enfant, mais Javert est bien décidé à l’arrêter. Valjean et Javert sont alors dépeints comme deux personnalités diamétralement opposées. Valjean parvient à s’échapper de nouveau. Pendant ce temps, Cosette est exploitée et maltraitée dans la maison des Thénardier, jusqu’à ce que Valjean paie le prix de sa liberté et reparte avec elle. A Paris, le père Thénardier reconnaît Valjean et comprend qu’il est un prisonnier évadé. Au même moment, un étudiant dénommé Marius tombe éperdument amoureux de Cosette. Valjean et Cosette doivent fuir à nouveau. Celui-ci veut rejoindre l’Angleterre, alors que Cosette lui pose de nombreuses questions dérangeantes sur son passé. Finalement, Thénardier les retrouve une nouvelle fois. Chacun des personnages exprime alors sa souffrance et son chagrin.

Le deuxième acte s’adapte sur la confusion engendrée par la révolution, pendant laquelle Éponine, déçue par Marius, meurt dans les bras de ce dernier. Au même moment, Javert l’espion est démasqué. Valjean fait semblant de tuer Javert, mais laisse ce dernier libre, avant de sauver Marius, pour Cosette. Javert continue de chercher Valjean qui, aux côtés de Marius, tombe de nouveau nez à nez avec Thénardier, avant de lui échapper encore une fois. Finalement, Javert abandonne ses recherches, et finit par se suicider. A la fin, Marius et Cosette se marient. Thénardier veut leur faire du chantage mais ses tentatives échouent. Pendant l’épilogue, Valjean, devenu vieil homme, confie ses aveux à Cosette, et finit par mourir à ses côtés.

Avis et critique : Que faut-il attendre du spectacle ?

« Les Misérables » n’a rien perdu de son aspect tragique au fil des siècles

La comédie musicale « Les Misérables » est, encore aujourd’hui, un récit aussi romantique que tragique, dont le désespoir profond des personnages laisse pourtant entrevoir un espoir naissant, que l’on ressent toujours dans cette version contemporaine. L’aspect dramatique accompagne chacune des scènes, et on vibre vraiment lors de la fuite de Valjean et Cosette. Contrairement à bien des comédies musicales, les émotions sont transmises de façon crédible. De nombreux visiteurs assistent plusieurs fois aux représentations et sont toujours touchés de la même façon par cette œuvre intemporelle.

Les comédiens connaissent leur métier. Ils se révèlent impressionnants, même sans l’appui de décors sophistiqués. Autour du rôle principal, on retrouve les thèmes inépuisables que sont la trahison, l’amour et la révolte, dépeints encore une fois sans effets spéciaux compliqués. La musique, quant à elle, séduit de nombreux spectateurs grâce à des compositions parfaitement orchestrées, et désormais disponibles dans le commerce sur support CD. Parmi les versions audio disponibles, le « Tenth Anniversary Concert Recording » est l’une des plus réussies. Le concert a été enregistré au Royal Albert Hall le 8 octobre 1995, à l’occasion du dixième anniversaire des représentations londoniennes. « Les Misérables » n’est pas un divertissement léger, il s’agit d’une œuvre au contraire assez lourde, ancrée dans un contexte historique pesant. Si vous préférez assister à un spectacle joyeux et plus animé, peut-être devriez-vous envisager une autre comédie musicale.

Combien de temps la comédie musicale dure-t-elle ?

La comédie musicale Les Misérables est relativement longue : 2 heures et 50 minutes (2 heures et demie dans les faits). A la moitié du spectacle, vous pourrez profiter d’une pause de 15 minutes pour vous dégourdir les jambes.

Les Misérables : billets et prix

Les billets pour Les Misérables sont disponibles à partir de 27,50 £ (pour les places les moins chères). Si vous souhaitez réserver vos billets au meilleur tarif, faîtes-le à l’avance. Il n’est pas rare de voir les prix atteindre 60 à 70 € quelques jours avant les représentations. Les tickets pour assister à cette épopée sont disponibles sur London Theatre Direct.

Billets pour Les Misérables

Où ont lieu les représentations ?

Les représentations de la comédie musicale Les Misérables ont lieu à Londres, au Queen’s Theatre, à l’adresse suivante : 51 Shaftesbury Ave, Soho, London W1D 6BA..

Pour rejoindre le théâtre, dans le quartier de West End, vous pouvez par exemple descendre à la station de métro « Leicester Square » (Picadilly Line et Northern Line). Sinon, la station « Picadilly Circus » (Picadilly Line et Bakerloo Line) se trouve à la même distance du théâtre (environ 5 minutes à pied).

Les bus des lignes 14, 19 et 38 s’arrêtent presque juste devant le théâtre. Si vous prenez le bus, descendez à la station « Trocadero Haymarkt ». Les lignes de nuit suivantes desservent également le Queen’s Theater : N19 et N38.

Transports en commun Lignes et arrêts
Métro Bakerloo, Northern ou Picadilly Line, stations „Leicester Square“ ou « Picadilly Circus »
Bus Lignes 14, 19, 38, arrêts « Trocadero Haymarkt ». Bus de nuit : N19 et N38.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici